Maison de la Nature et de l'Environnement de Pau

Accueil > Appels, actions, mobilisations... > #SOSVIRUNGA

#SOSVIRUNGA

Le plus vieux parc d’Afrique en danger de mort !

dimanche 13 mai 2012, par Xavier Bouchet

Connaissez-vous le Parc national des Virunga ?
Dian Fossey, Digit, Gorrilles dans la brume, ... non ?
Les gorilles de montagne, comme les orang-outang et de nombreuses espèces sauvages sont au bord de l’extinction.


Voir en ligne : sosvirunga

Ce n’est pas une "vue de l’esprit", faute d’actions fortes et efficaces, ils aurons totalement disparus dans moins de 10 ans !
Si nous laissons le célèbre Parc national des Virunga, premier parc national africain, aux mains des pétroliers, plus rien au monde ne sera plus à l’abris de la destruction ! Lisez, regardez, et pensez-y...
Et si vous voyez les choses comme nous, signez la pétition du WWF #SOSVIRUNGA et diffusez ce message à vos amis et à tous vos contacts.
Ne laissons pas détruire un des plus beaux joyaux de notre planète !

CLASSÉ PATRIMOINE MONDIAL DE L’UNESCO

Le parc des Virunga est aujourd’hui menacé par la prospection pétrôlière des entreprises Soco et Total


Situé en République Démocratique du Congo, le Parc national des Virunga est réputé pour abriter plus de 200 espèces de mammifères dont les plus connues sont les chimpanzés, les hippopotames, les éléphants, les okapis et les gorilles de montagne. En raison de sa haute valeur écologique, le parc a été classé patrimoine mondial de l’UNESCO en 1979.

C’est avec consternation que le WWF a appris la délivrance par le gouvernement congolais d’un permis de prospection pétrolière aux entreprise S. et T.dans le Parc national des Virunga. Si de telles opérations étaient menées par ces compagnies pétrolières, cela endommagerait gravement les écosystèmes du parc et mettrait en péril la survie de ses habitants.

Le WWF demande à ces entreprises de s’engager publiquement à ne jamais pénétrer au sein des limites actuelles du Parc des Virunga ou de tout autre site du patrimoine mondial de l’UNESCO.

SIGNEZ LA PÉTITION DU WWF

UN REFUGE POUR LES GORILLES

Plus d’un quart de la population mondiale de gorilles vit au sein du Parc National des Virunga


Le parc abrite pas moins de 22 espèces de primates, dont trois espèces rares de grands singes : le chimpanzé de l’Est, le gorille des plaines de l’Est et la plus menacée le gorille de montagne.

Aujourd’hui, seul 786 gorilles de montagnes subsistent dans le monde (République Démocratique du Congo, Ouganda, Rwanda) dont plus d’un tiers vivent au sein du Parc des Virunga ! Malgré plus de 20 ans de conflits dans la région, le parc des Virunga a permis à sa population de gorilles de montagne d’augmenter de 26% depuis 2003.

Le parc des Virunga représente donc un refuge capital et une chance unique pour la survie des gorilles de montagne, une espèce exceptionnelle aujourd’hui en danger critique d’extinction.

UNE BIODIVERSITÉ EXCEPTIONNELLE

Sa valeur écologique classe les Virunga au premier rang des Parcs nationaux africains pour la diversité biologique.


Le parc des Virunga présente une diversité exceptionnelle d’habitats allant des savanes, des forêts et des marécages jusqu’aux sommets du Rwenzori (5109m), en passant par les volcans et leurs plaines de lave. Ces paysages exceptionnels qui s’étendent sur 790 000 hectares, abritent plus de 200 espèces mammifères, dont 22 espèces de primates mais aussi des éléphants de forêts, des hippopotames et l’Okapi une espèce endémique de RDC et 700 espèces d’oiseaux. Au sein même du parc, on recense également prés de 2 000 plantes supérieures, dont 10% sont endémiques à la région.

LA MENACE DU PÉTROLE

Une exploitation pétrolière du parc mettrait en péril ses écosystèmes et les efforts de conservation qui y sont menés.


Une fois commencée, l’exploitation pétrolière du parc ou de sa périphérie risque d’impacter sur les écosystèmes et les espèces en danger. La mauvaise gestion de cet espace protégé et la diminution des efforts de conservation mis en œuvre pourraient alors s’avérer redoutables. Les menaces environnementales liées à la phase exploratoire des hydrocarbures (ouverture de routes, tests sismiques ou encore survols aériens) sont tout aussi importantes. Si cette exploitation a lieu, le parc perdait son statut de patrimoine mondial de l’UNESCO.

RESSOURCES POUR LES POPULATIONS LOCALES

Une population importante dépend du parc pour ses moyens de subsistances.


30 000 personnes dépendent de la pêche au sein du parc et 20.000 bénéficient du circuit commercial qui en découle. L’écotourisme lié au gorille fournit une source de revenus durable pour la conservation et le développement de projet au bénéfice des communautés. Des manifestations locales ont déjà eu lieu pour marquer l’opposition au projet pétrolier. Le WWF craint, comme cela a déjà été observé dans le delta du Niger, une exacerbation des conflits et de l’insécurité dans la région si le développement pétrolier devait avoir lieu.

HISTORIQUE ET CADRE LÉGAL

Le gouvernement congolais a autorisé l’exploration pétrolière dans des concessions qui chevauchent le parc à 85 %


Toutefois, l’exploitation pétrolière dans le Parc des Virunga est illégale vis-à-vis des lois nationales mais avant tout au regard des conventions internationales en vigueur. En 2011, le Ministère de l’Environnement congolais a demandé une évaluation environnementale stratégique approfondie de la région mais certaines entreprises européennes vont de l’avant, avant même que ce processus ne soit conclu.

SIGNEZ LA PÉTITION DU WWF


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette