Maison de la Nature et de l'Environnement de Pau

Accueil > Communiqués - Coups de gueules > Le Tour, les Pyrénées et l’ours…

100ème du TOUR DE FRANCE

Le Tour, les Pyrénées et l’ours…

Communiqué FERUS le 5 juillet 2013

vendredi 5 juillet 2013, par Sabine Matraire

Le Tour de France poursuit sa légende dans les Pyrénées,

ne laissons pas s’éteindre celle de l’ours.

Sauver l’ours en France,

c’est décider maintenant de nouveaux lâchers dans les Pyrénées !


Voir en ligne : FERUS

Communiqué FERUS, le 5 juillet 2013,

Le Tour, les Pyrénées et l’ours…

1910 : environ 150 à 200 ours bruns peuplaient encore les Pyrénées.

Le Tour de France s’aventure dans les Pyrénées. Octave Lapize, vainqueur de l’époque, descend le Tourmalet en s’écriant : « On ne demande pas à des hommes de faire un effort pareil ! Vous êtes tous des criminels ! »

1913 : depuis le début du siècle, près de 30 ours ont été tués à la chasse.

En descendant le Tourmalet, Eugène Christophe brise la fourche de son vélo. En vertu du règlement, il est obligé de la réparer lui-même, ce qu’il fait à coup de marteau dans une forge à Sainte-Marie de Campan (Hautes-Pyrénées).

1949 : le nombre d’ours a baissé de moitié depuis le début du siècle : 70 individus

Sur l’Aubisque, Fausto Coppi tend son bidon d’eau à Bartali, son compatriote assoiffé : « prends, il en restera ! » Coppi gagnera le Tour cette année-là.

1984 : 15 ours. Lancement du « plan ours », objectif espéré de 40 individus…

Robert Millar se débarasse de Jean-René Bernaudeau et de Gérard Veldscholten pour l’emporter à Guzet-neige.

1994 : l’avant-dernière femelle est braconnée en Vallée d’Aspe (Béarn_Pyrénées-Atlantiques). Echec total du plan ours : il ne reste plus que 5 ours dans l’ensemble des Pyrénées.

Miguel Indurain, maillot jaune à Hautacam.


1996-97 : renforcement. Deux ourses femelles puis un mâle sont lâchés dans les Pyrénées centrales à l’initiative notamment de villages pyrénéens. L’espoir renait enfin…

Juillet 1997, étape Pau-Loudenvielle, après 7h, 46 minutes et 6 secondes de course, Jan Ullrich endosse le maillot jaune et ne le quittera plus jusqu’à sa victoire du Tour.

2004 : Cannelle, la dernière ourse de souche pyrénéenne est abattue par un chasseur. Son ourson Cannellito était encore à ses côtés et parvient à s’en tirer. La population d’ours remonte à une dizaine d’individus grâce au renforcement. C’est un succès encore insuffisant pour sauver l’espèce dans les Pyrénées.

Col d’Aspin, à la demande de Lance Armstrong, ses équipiers durcissent la course.


2006 : 5 ours sont lâchés dans les Pyrénées pour poursuivre le renforcement. L’horizon s’ouvre, les ours des Pyrénées sont désormais au nombre de 19 à 23.

Au col d’Aspin, Wegmann et De la Fuente sont les deux grimpeurs les plus en forme de l’échappée. Ils larguent leurs compagnons à 7 km du col de Peyresourde.

2013, le 100ème Tour : 22 ours. De nouveaux lâchers sont indispensables pour obtenir une population d’ours viable à moyen terme. François Hollande sera présent à l’arrivée du Tour à Bagnères-de-Bigorre. Pour rappel, en 1982, lors d’un déplacement dans les Pyrénées, le Président Mitterrand s’était positionné clairement en faveur de l’ours en France : “ Il faut sauver les ours et protéger l’espèce.”

Daryl Impey va-t’il sauvegarder son maillot jaune ?

Le Tour de France poursuit sa légende dans les Pyrénées,

ne laissons pas s’éteindre celle de l’ours.

Sauver l’ours en France,

c’est décider maintenant de nouveaux lâchers dans les Pyrénées !

Références cyclistes d’après Christian Laborde : « Le Tour de France dans les Pyrénées » ed. du Cherche Midi – 2010


Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Espace privé | SPIP | squelette